Groupe d'étude - Histoire de la formation des adultes 

Idées, politiques et pratiques patronales de formation (1914-1944)

Quatrième séminaire du cycle

Annulé

ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris 75014 Paris

 

Le Centre des Jeunes patrons/Centre des jeunes dirigeants
et la formation professionnelle. Années 1950-1970

 Intervenant : Florent Le Bot

 

La séance avait été programmée en mai 2016, mais a été annulée. Elle est reprogrammée.

 

Le Centre des jeunes patrons (CJP) est fondé en 1938. Cette création s’inscrit dans le prolongement des critiques formulées à l’encontre de l’accord Matignon de mai 1936 et de sa signature par les dirigeants de la Confédération générale de la production française (CGPF).Eugène Schueller, le remuant patron de la Société française de teintures inoffensives pour cheveux (L’Oréal en 1939), en aurait émis l’idée : « Ce qu’il faudrait, au fond, c’est surtout une école pour jeunes patrons, un centre des jeunes patrons. »

 

 

Inscrit sur le créneau « Jeune », cette association patronale va très vite se préoccuper des questions de formation. Le CJP en la matière ne s’écarte pas, a priori, de la doctrine patronale qui vise au contrôle de la formation professionnelle afin d’adapter celle-ci aux besoins des économies locales. En revanche, son originalité tient à la dynamique expérimentale, encouragée au sein des entreprises dirigées par ses adhérents, qui lui fait explorer des voies inédites.

 

 

Cette dynamique fait glisser le mouvement de positions réactionnaires propres aux années 1930-1940, à des objectifs de rénovation sociale qui se traduisent y compris dans l’appellation de Centre des jeunes dirigeants adoptée en 1968.

 

 

À travers des exemples d’expériences menées en matière de formation professionnelle par des JP/JD, il s’agit d’observer l’évolution d’un mouvement de chefs d’entreprise dont l’identité détonne par rapport aux autres organisations patronales.

 

 


***

 

Florent Le Bot, docteur en histoire contemporaine, membre de l’IDHE.S Évry, enseigne à l’Université d’Évry Val d’Essonne, où il dirige le master des métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation (MEEF) en histoire-géographie. Il est également chargé d’enseignement à l’ENS de Cachan et chargé de projets à la MSH Paris-Saclay.

 

 

Les travaux de Florent Le Bot portent sur l’histoire économique, sociale, industrielle et technique des XIXe et XXe siècles. Il a notamment coordonné le dossier « Formation, technique, et économie » in Artefact, 3, 2015, éd. du CNRS (avec G. Brucy, C. Perrin et F. Wassouni) et publié L’ENS Cachan. Le siècle d’une grande école pour les sciences, les techniques et la société, Presses universitaires de Rennes, 2013 (en codirection avec V. Albe, G. Bodé, G. Brucy et E. Chatel), ainsi qu’une version remaniée de sa thèse d’histoire, La fabrique réactionnaire. Antisémitisme, spoliations et corporatisme dans le cuir, 1930-1950, Presses de Sciences Po, 2007. Enfin, il est l’auteur de « La naissance du Centre des jeunes patrons (1938-1944). Entre réaction et relève », Vingtième siècle, n° 114, avril-juin 2012, p. 99-116.

 

Lire la suite : Idées, politiques et pratiques patronales de formation (1914-1944)

Les écoles de dessin et la formation des adultes : Paris, 1800 - années 1860

Séminaire

mardi 6 décembre 2016 : 15h30 - 17h30

ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris 75014 Paris

Invité : Renaud d'Enfert
professeur à l'Université de Picardie - Jules Verne

 

Rarement pris en compte par l’historiographie, les cours et écoles de dessin qui se développent au XIXe siècle ont pourtant constitué un lieu essentiel de la formation des adultes. Ceux-ci ont en effet connu, durant ce siècle, un important succès auprès d’un public d’origine populaire, souvent masculin mais aussi féminin, venant y chercher des éléments de formation professionnelle.

 

Au cours de ce séminaire, on examinera plus particulièrement le cas de Paris dans les deux premiers tiers du XIXe siècle. Après avoir mis en évidence la dynamique de création d’institutions proposant une formation graphique à un public d’hommes ou de femmes adultes – que l’on caractérisera –, on s’intéressera aux enseignements dispensés ainsi qu’aux finalités qui leur sont assignées, lesquelles ne sont pas uniquement de nature professionnelle.

Causerie autour de l'histoire avec Arlette Farge

initialement prévue le 11 octobre 2016, reportée à une date ultérieure

Lire la suite : Causerie autour de l'histoire avec Arlette Farge

Les images dans la formation des adultes, histoire des appareils de projection : "de la lanterne magique au projecteur diapos"

 

mardi 19 mai 2015, de 15h30 à 17h30
à l'Etsup, 8 villa de Parc Montsouris

Intervenant : Patrice Guérin, professionnel de l'audiovisuel et collectionneur passionné, spécialiste des projections fixes.

 

Il nous parlera d'histoire : celles de l'image projetée, de la lanterne magique, des lanternes de projection suivant l'évolution des systèmes d’éclairage, et de l'utilisation de ces appareils dans la formation des adultes.

 

« Dans les faubourgs des villes, aux villages, aux hameaux, aux cours du soir, aux patronages, aux associations, dans toute cette France post-scolaire qui de jour en jour élargit son action, la “lanterne magique”, la “pièce curieuse” a conquis droit d’entrée, champ de rayonnement. Dans les écoles nombreuses, il y a économie de temps à réunir, pour la même leçon, les élèves des classes d’un même cours. Dans les écoles qui ne contiennent qu’une classe par cours, ou dans les écoles à un seul maître, les leçons de révision peuvent s’adresser en même temps aux élèves de différents cours. Pour les adultes, nous conseillons une causerie illustrée par semaine. Dans les campagnes elles se font généralement le dimanche. » G. SERRURIER, vice-président fondateur de la Société d’Enseignement par les Projections Lumineuses du Havre - Le Journal du Dimanche 31 janvier 1904 - Source : Gallica

 
Entrée libre

Première Causerie, le mardi 24 mars 2015, avec Alain Corbin

 

Lancement des "Causeries autour de l'histoire", nouveau rendez-vous du Gehfa, avec Alain Corbin

 

  Alain Corbin, historien, professeur émérite à l'université Paris-I Panthéon-Sorbonne. Spécialiste de l'histoire des sens et du sensible, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont, chez Flammarion, Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, xviiie-xixe siècles (1986), Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au xixe siècle (1994) ou Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), (1998). On lui doit encore, chez Perrin, L’Harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie (2007).

 

Il a fait revivre les Conférences données par M. Beaumord, instituteur zélé, pour son public d’adultes des classes rurales. Ces Conférences de Morterolles, hiver 1895-1896 : à l’écoule d’un monde disparu ont été publiées en 2011. La même année, Alain Corbin a également dirigé au Seuil, avec Jacques Courtine et Georges Vigarello, une Histoire de la virilité en trois tomes. Il vient de publier des souvenirs d’enfance sous le titre Sois sage, c'est la guerre (2014, Flammarion).

 

Gilles Heuré dit de lui « Alain Corbin est l'un des historiens les plus originaux et talentueux de sa génération. Ses recherches l'ont conduit à étudier des thèmes qui, jusque-là, étaient restés méconnus ou ignorés [comme] la misère sexuelle et la prostitution au XIXe siècle » Selon lui, les livres d’Alain Corbin le placent « comme le chef de file d'une histoire qui revient sur ses préjugés et qui restitue à l'imaginaire et au sensible l'importance, pour comprendre les sociétés passées, que leur avait refusée l'histoire politique, sociale ou économique traditionnelle. » Alain Corbin, Historien du sensible, Entretiens avec Gille Heuré, La découverte, 2000.

 

Venez nombreux au pub irlandais "Patrick's le Ballon vert",
33 rue de Montreuil, Paris 11e
mardi 24 mars 2015 à 17 h.

Entrée libre.

métro Faidherbe-Chaligny, Nation ou Rue des Boulets

 

 Présentation des "Causeries autour de l'histoire"
Voir page Actualités

La formation dans les armées et la gendarmerie : pas seulement une histoire d'épaulettes ?

Mardi 2 décembre 2014 - 15 h 30 - 17 h 30

ETSUP, 8 villa du Parc Montsouris 75014 Paris

Histoire de la formation et de la professionnalisation
dans la gendarmerie et la police

 

La fabrique du gendarme. Formation et instruction professionnelle dans une institution militaire (XVIIIe - XXe siècles)

Intervenant : Édouard Ebel, docteur en histoire et auteur d'une thèse sur la police en Alsace (1800-1870) ainsi que d'ouvrages et articles sur l'histoire du maintien de l'ordre, la police et la gendarmerie.

Lieutement-colonel, chef de la division gendarmerie du Département Études, enseignement et recherche du Service historique de la Défense, à Vincennes.

Il s'agit de mieux comprendre les étapes d'une professionnalisation menant à  la spécialisation de la gendarmerie dans différents domaines de la sécurité publique au XXe siècle.

 

Les policiers et leur(s) formation(s) - Historique et évolution de la professionnalisation des policiers

Intervenant : Jean-Michel Schlosser, doctorant au laboratoire du Cérep( Centre d'études et de recherches sur les emplois et les professionnalisations) à l'université de Reims

A partir de quand, s'agissant d'une histoire très récente, les policiers français ont-ils commencé à être formés, ou à se former ? Sur quelles bases politiques et pédagogiques, selon quels enjeux et pour quelles finalités ? Quelles sont les étapes historiques marquantes de la formation de ces fonctionnaires un peu particuliers, qui dans l'exercice de leur métier, contribuent autant à l'idée de liberté qu'à la restriction même de cette notion fondamentale du vivre en société.

Qu'en est-il de  la promotion sociale dans ce contexte ?

Jean-Michel Schlosser, lui-même policier pendant 35 ans, dont plus de 10 à la formation, développera cette problématique  en s'appuyant sur une connaissance interne de l'Institution, augmentée et recoupée par un travail de documentation et d'analyse de documents internes sur plus de 50 ans, ainsi que des entretiens, encore en cours, auprès des hauts responsables administratifs ayant eu ou ayant encore en charge les destinées de la formation de la police nationale ou de sa mise en œuvre au cours des trente dernières années.

 

Lire la suite : La formation dans les armées et la gendarmerie : pas seulement une histoire d'épaulettes ?

Actualité, enjeux et problèmes de la conservation des archives : les archives de l'éducation populaire et de la formation des adultes

Mardi 25 mars 2014 - 15 h 30 - 17 h

ETSUP 8 villa du Parc Montsouris 75014 Paris

 

Invités : 

  • Gaëtan Sourice, Pôle de conservation des archives des associations de jeunesse et d'éducation populaire (Pajep)
  • Guillaume Nahon, directeur des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis et Pascal Carreau, responsable des archives privées au Centre départemental d'archives de la Seine-Saint-Denis.

Le séminaire sera suivi de l'assemblée générale du gehfa avec le renouvellement du conseil d'administration à partir de 18 h.

 

La formation d'adultes dans des contextes de décolonisation

Téléchargez les actes du cycle de séminaires :

L'Histoire de la formation dans les contextes de décolonisation

 

Coordination Jacques Denantes

Lire la suite : La formation d'adultes dans des contextes de décolonisation

Écrire l’histoire de l’éducation populaire

Recours à l’histoire, pluralité des postures et des approches

   

Mardi 4 février, 14 h 30 – 17 h 30
Université Paris Descartes, 45 rue des Saints-Pères, 75006
bâtiment Jacob - Salle des thèses

 

 

Lire la suite : Écrire l’histoire de l’éducation populaire

La longue histoire inachevée de la formation à distance (1840-2012)

Séances:

  • 4 décembre 2012
  • 5 février 2013
  • 26 mars 2013

Coordination Viviane Glikman, chercheur en science de l'éducation

 

Lire la suite : La longue histoire inachevée de la formation à distance (1840-2012)

Archives : Les séminaires précédents

Archives des séminaires

 

Lire la suite : Archives : Les séminaires précédents


Derniers articles

Recherche

Autres rubriques